Etude : En Europe, des innovations inclusives transforment la formation et l’emploi dans le secteur du numérique

Basée sur un an de recherche, l’étude publiée par l’Association Paul Guinot ce mois-ci a pour problématique les évolutions du numérique dans l’emploi et la formation pour les personnes aveugles et malvoyantes en Europe. Sujet absolument actuel, l’émergence de nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, la blockchain et le big data, pourrait transformer le monde du travail. Mais où est la place des personnes déficientes visuelles dans cette effusion numérique ?

Trop souvent oubliée lors de la phase de développement, l’accessibilité numérique reste une exception en France. Les outils comme les plages braille et les synthèses vocales existent pourtant depuis des années, et permettent techniquement aux personnes déficientes visuelles de faire les mêmes choses qu’une personne voyante dans un environnement numérique ; c’est la compatibilité entre ces outils et les interfaces numériques qui n’est pas pensée par les développeurs informatiques, produisant une inaccessibilité technique. Pour ne rien faciliter, les formations aux métiers du digital sont également inadaptées, sauf celles proposées en milieu spécialisé – au nombre de 4 et ne dépassant pas le niveau BAC+2. En somme, le secteur le plus innovant et le plus porteur d’emplois stables en France semble inaccessible aux personnes déficientes visuelles… Ailleurs en Europe, les situations sont bien différentes, démontrant la possibilité de faire autrement.

A titre d’exemple, en Allemagne il est obligatoire lors de toute commande publique d’ajouter un critère « sans barrières » au cahier des charges : on prend le taureau par les cornes, en exigeant que les besoins de tous soient pris en compte dès le début de la conception du produit. Au Royaume-Uni, on transforme les processus internes aux entreprises pour que l’accessibilité numérique soit automatiquement intégrée à tous les projets… Finalement, le principe de conception universelle est le fil d’Ariane pour créer une inclusion réelle des personnes aveugles et malvoyantes dans le secteur du numérique : le handicap, c’est avant tout des barrières d’accès.

A travers une comparaison de la situation en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne, l’étude cherche à mettre en évidence des alternatives au modèle français. Il s’agit de regarder ailleurs pour repenser ce qui se fait ici. Touchant autant le contexte institutionnel que le contenu des formations professionnelles et universitaires, l’étude adopte un regard englobant pour mieux comprendre les différences entre pays, sans prétendre à un solutionnisme façon « copier/coller ».

Fort de 200 pages, le rapport commence par une synthèse des dispositifs les plus intéressants relevés lors de l’analyse, permettant ainsi aux lecteurs de s’inspirer à partir du concret. Pionnière en la matière, cette étude appelle les universités, les entreprises et les autorités publiques à placer le handicap sur l’environnement inaccessible plutôt que sur l’individu et, ainsi, à concevoir un monde numérique pour tous.

L’étude « Les personnes déficientes visuelles face aux évolutions du numérique dans la formation et l’emploi en Europe » est disponible ici :

Rapport d’étude_les personnes déficientes visuelles face aux évolutions du numérique dans la formation et l’emploi en Europe_Association Paul Guinot

Contact : nheraclide@guinot.asso.fr / Narcis HERACLIDE, chargé de mission « innovation » et doctorant-chercheur